Le village que mon père a choisi convient à une semi-retraite. Situé à quelques kilomètres de Perros-Guirec, il domine la mer, inaccessible aux marées mais plus souvent qu’à son tour battu par les vents.
Le soir de mon arrivée ne fait pas exception. Ce n’est pas pour me gêner. La rudesse des éléments n’est pas dérangeante en Bretagne. Sa constance est au contraire un signe d’intégrité. Si on exclut la tempête de 1999, qui a d’ailleurs touché toute la France, je n’ai jamais vu en Bretagne de déchaînements subits, de tempêtes sournoises et dévastatrices, comme les tropiques savent si bien en produire.

Lecture gratuite en ligne