L’équilibre était cependant fragile. La clémence des gardiens souffrait de subites dépressions et avait besoin d’encouragements réguliers. Lorsque les dons que parvenaient à récolter les détenus étaient jugés peu à même de soutenir le moral chancelant des cerbères, ceux-ci leur indiquaient leur mécontentement par des signes discrets. Des blessures apparaissaient soudain sur les prisonniers que les gardiens invitaient à une petite conversation dans de discrètes salles de garde. Les cachots obscurs se remplissaient et les promenades avaient la fâcheuse tendance à se faire plus rares.

Lecture gratuite en ligne