Cette photo me fait beaucoup rire et me rappelle l’anecdote que nous a racontée un étudiant de mon cours de conversation à l’Alliance Française de Campinas. Elle est sans doute apocryphe et dit encore mieux la finesse et le caractère facétieux de cet homme qui nous a malheureusement quittés. Alors qu’il visitait la Biennale d’art contemporain de Sao Paulo, il s’est arrêté pour renouer un lacet. Une bouche d’incendie faisait parfaitement l’affaire pour appuyer son pied. Lorsqu’il se retourna pour continuer la visite, une queue s’était formée derrière lui pour observer de plus près la bouche d’incendie…