IeMJ Lecture Episode 53-Chap 7

Cliquez sur play pour écouter  IeMJ lu par l’auteur

Retrouvez la version complète de IeMJ

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 132

« Rien. Je ne me souviens de rien. »

4386266349_e9f88282b8_z

Chapitre 18-3

J’étais presque content qu’elle manifeste une allusion même ténue à son coma. En passant devant le Manolo´s, c’est moi qui signalai le lieu :
– Te souviens-tu, ma belle, de notre rencontre en ce lieu, un après-midi finissant ?
– Très poétique, Jim, mais une cafétéria, avec des churros fumants et des sandwichs de la taille d’un poulet, n’est pas tout à fait un lieu magique…

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 117

Un déclic qui redonne goût à la vie 


7985623795_494d89e7e5_z

Chapitre 16-7

Ce fut un déclic, qui, je ne sais pas exactement pourquoi, me redonna goût à la vie. Je racontai à Roberta que je m’étais précisément concentré en visualisant du calme pour sa sœur. J’interrogeai ensuite cette dernière. Son stress avait été stoppé, laissé à la lisière, d’une manière qui ne lui avait pas paru naturelle.

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 105

« Que signifiait vraiment l’appartenance à une conscience universelle ? »

earth-reflection-1171867-639x426

Chapitre 15-1

Nous vécûmes un séjour lumineux à Tumbes. La chaleur était forte en ce mois de décembre au nord du Pérou. La proximité de l’équateur me donnait l’impression d’être au centre du monde.

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 77

Dernier épisode aujourd’hui du 10e chapitre de Il est mort, Jim – un roman de 22 chapitres

« J’entendais des gens qui parlaient, comme s’ils étaient nombreux »

3207185886_2042c45492_z

Chapitre 10-7

J’avais des bières au frigo. Pendant qu’elle s’asseyait, jetant des regards curieux à l’appartement, je disposai ce que j’avais préparé à dîner pour un apéritif.

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 64

« Une des grandes fenêtres entrouvertes laissait passer une brise marine. Cela ne me dérangeait pas que le repas soit entièrement froid ? »

6803549876_a01466383c_z

Chapitre 7-12

Il y avait des bougies sur la table. Avec la semi-obscurité de la salle, les lueurs qui venaient de l’extérieur, on avait l’impression d’un grand espace. Une des grandes fenêtres entrouvertes laissait passer une brise marine, qui m’empêcha de deviner la venue du saumon fumé.

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 42

Retrouvez deux fois par semaine, le mercredi et le dimanche, un nouvel épisode du roman inédit Il est mort, Jim. A retrouver également sur Facebook.

Lumière

Chapitre 6-1

Cette année-là, le retour à Lima fut littéralement un rayon de soleil. L’été, il est vrai, battait son plein. Les brumes ne remonteraient du Pacifique et n’envahiraient la ville que quatre mois plus tard. Le voyage en France n’avait pas été des plus joyeux – le Père Lachaise avait presque clos gaiement des journées de mélancolie.

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 21

Retrouvez deux fois par semaine, le mercredi et le dimanche, un nouvel épisode du roman inédit Il est mort, Jim. A retrouver également sur Facebook.

Avenida Pardo

Chapitre 3-9

Le docteur Charbonier avait lui-même échangé par télépathie. Intéressant qu’il ne soit pas que témoin ! Une patiente comateuse s’étouffait et son équipe se demandait ce qui l’empêchait de respirer. Brusquement, l’anesthésiste sentit qu’elle lui adressait un message, qui disait qu’elle avait une boule prise dans la trachée artère. L’infirmière refusa cette hypothèse, assurant qu’elle avait pris toutes les précautions pour que ce soit impossible. Et pourtant, Charbonier sauva la malade en extrayant effectivement le bouchon qui l’empêchait de respirer. A son réveil, alors qu’elle ne l’avait jamais vu, elle savait que c’était lui qui l’avait opérée.

La cuisine de Lima et le saut du moine

Première rencontre avec la cuisine péruvienne dans l’extrait de Il est mort, Jim du dimanche 14 juin.

Je suis arrivé pour la première fois à Lima une belle journée d’avril 1986. J’avais 23 ans, le puissant Boeing 747 m’avait arraché d’Europe pour la première fois. Je suis allé manger, dès ma sortie de l’aéroport, un cebiche (j’en parle dans le roman) dans un endroit qui s’appelle El salto del Fraile.