Castaneda

Diálogo Don Juan – Carlos Castaneda                                                                                                          

– Don Juan: Te ocupas demasiado de ti mismo. Ese es el problema. Y eso produce tremenda fatiga
– Castaneda: ?Pero qué otra cosa puede uno hacer, don Juan?
– Don Juan: Busca y ve las maravillas que te rodean. Te cansarás de mirarte a ti mismo, y el cansancio te hará sordo y ciego a todo lo demás.

– Don Juan : Tu t’occupes trop de toi. C’est le problème. Et cela produit une énorme fatigue.
– Castaneda : Mais que puis-je faire d’autre, don Juan ?
– Don Juan : Cherche et regarde les merveilles qui t’entourent. Tu t’épuiseras à te regarder sans cesse, et la fatigue te rendra sourd et aveugle à tout le reste.

 

Syncrétisme mexicain

A San Miguel de Allende, les cloches de l’église jouent de concert avec le tambour des danses pré-colombiennes. Pas vraiment un combat sonore… Les premières finissent par se lasser mais vont revenir.
Une question de temps…

J’aime les conteurs

 

Henri Gougaud est également l’auteur des Sept plumes de l’aigle.
Etonnant, un mélange passionnant de réalité et fiction.

 

Les Zapotèques ne sont plus là mais là mais la grandeur du paysage demeure.

Monte Albán – Oaxaca – Mexique  Août 2016

Equinoxe de printemps

20 mars 2016

 

Capture d’écran 2016-03-20 à 18.28.12

TULA

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 84

« Une réduction de l’espace, une réduction de la vision ? »

jaguar-1623321-1278x847

Chapitre 12-2

Dans de nombreuses cosmovisions indiennes, il n’y avait pas de différence radicale entre les animaux et les êtres humains. Tout être vivant et toute plante étaient dotés d’une âme et d’un esprit. Je me souvins d’une instruction bouddhiste, qui disait qu’il fallait faire très attention après la mort à ne pas regarder vers le sol si l’on ne voulait pas être transmuté en animal.

Le musée de l’or de Bogota / El museo de oro de Bogotá

A propos de Il est mort, Jim 83

Capture d’écran 2016-03-13 à 15.29.10Le musée de l’or de Bogota, un bon remède à ceux qui pensions que les cultures anciennes n’étaient qu’arriérées et que le dix-neuvième siècle
nous avait apporté le savoir avec la technologie.

El museo de oro de Bogotá, una buena lección para quienes pensábamos
que las culturas antiguas sólo eran atrasadas y que el siglo diecinueve nos
trajo el saber con la tecnología.

images (5)

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 83

« Ce serait bien le diable si à l’Université catholique, je ne trouvais pas à qui parler des religions. »

wavy-1491253-638x491

Chapitre 12-1

Dans l’avion qui me ramenait de Bogotá, je repensais à la nécessité de parler avec un de mes collègues de la Faculté de Théologie. Ce serait bien le diable si à l’Université catholique, je ne trouvais pas à qui parler des religions.
Je voyageais à côté d’un collègue de la PUC du Chili, qui ferait escale à Lima avant de rejoindre Santiago.