Les mots

Je les attrape au vol, quand ils bourdonnent, et je les retiens, je les nettoie, je les décortique, je me prépare devant l’assiette, je les sens cristallins, vibrants, éburnéens, végétaux, huileux, comme des fruits, comme des algues, comme des agates, comme des olives… Et alors je les retourne, je les agite, je les bois, je les avale, je les triture, je les mets sur leur trente et un, je les libère… Je les laisse comme des stalactites dans mon poème, comme des bouts de bois polis, comme du charbon, comme des épaves de naufrage, des présents de la vague…
Pablo Neruda, J’avoue que j’ai vécu, Gallimard, 1975, Traduction de Claude Couffon

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo

 Il est mort Jim, Ça n’intéresse personneen version papier ou e-book : rubrique Librairie.

Pérou, Brésil, Mexique, France

Dans le roman Il est mort Jim, le lecteur est invité à rejoindre le Pérou. Il parcourt avec Jim Rosso la ville de Lima, ses falaises sous lesquelles gronde l’océan, ses parcs et ses rues coloniales. Il s’envole d’une poussée de réacteurs au-dessus des Andes pour rejoindre le Brésil et le temps arrêté du Minas Gerais, puis la France, où Jim accomplit le dernier chemin avant celui de sa nouvelle vie en direction de Compostelle.

Dans Ça n’intéresse personne, le narrateur rencontre le Père Brune au Mexique, un pays dont la magnificence baroque inspire ses réflexions sur de mystérieuses révélations, avant de conclure son parcours dans un petit appartement parisien, où l’après-midi accompagne son vis-à-vis vers la fin de sa mission.

Les narrateurs

Jim Rosso, le narrateur de Il est mort Jim découvre un monde qu’il ne soupçonnait pas. Il est vrai qu’il est invisible. Ses certitudes sont à ce point ébranlées devant les innombrables témoignages de l’au-delà qu’il se demande si ne pas y prêter attention n’est pas l’attitude la plus absurde et irrationnelle.

On ne connaît pas bien le narrateur de Ça n’intéresse personne. A-t-il choisi de s’effacer devant ce qui le fascine, à commencer par un pays, le Mexique, un prêtre qui a bien existé mais qui paraît issu d’un livre, une apparition de la Vierge Marie qui dévoile maintenant tous ses secrets ?

Nouveau !

Je suis très heureux de vous annoncer que mes deux derniers livres peuvent désormais être commandés à la page Librairie de ce site. Les livres électroniques sont disponibles dans le monde entier et les éditions papier en France métropolitaine. Merci de votre intérêt et de la diffusion que vous pourrez en faire.
Marc Boisson

Joie des séries

Campinas, Brésil – 2016
– Ils ont fini par tuer Roberto. Qu’est-ce que j’étais contente !
– Ah oui, le salaud ! Il l’avait bien mérité.
Je m’accrochai aux bras de mon fauteuil. Pourvu que le coiffeur, qui promenait la lame de rasoir au bord de mes oreilles, n’ait pas les mêmes velléités meurtrières ! Le Brésil comptait bien parmi les pays les plus dangereux au monde mais je n’imaginais pas des vieilles dames dans le rôle de gangsters, devisant tranquillement de leurs affaires pendant une mise en plis.
– Il reste encore beaucoup d’épisodes ?
– Huit. Et ensuite on pourra regarder la quarantième saison. La Globo l’a annoncée.
Ouf ! J’étais sain et sauf, pour le moins dans le monde réel.

Le Brésil et toute l’Amérique Latine vivent au rythme des telenovelas. Toutefois, la loi des séries s’impose dans le monde entier. C’est un peu comme un bon chocolat qui en appelle un deuxième puis un troisième.
Je regarde une série anglaise en ce moment, Cuckoo. L’humour et l’excentricité britanniques sont un baume en cette période de confinement planétaire.
Je m’interroge, en revanche, sur le succès actuel d’un nombre significatif de séries qui se déroulent dans un univers carcéral.🤔

 

Prochainement 🎥

Il est mort, Jim à Santo André-Brésil

 

Il est mort, Jim à l'AF Santo AndréUn grand plaisir de revenir à l’Alliance Française de Santo André cette fois pour présenter Il est mort, Jim. La bonne énergie est toujours là. Merci Mathieu, Silvio, Lucia, Giovanna… (18 juillet 2015)

Ce diaporama nécessite JavaScript.