Trois livres à gagner

Dans Ca n’intéresse personne, un prêtre enquête sur des apparitions au Mexique.
Il a bien existé et est notamment l’auteur de Les morts nous parlent.

Quel est son nom ?

Les trois premières personnes qui donneront la bonne réponse recevront le roman en version ebook.
Ecrire à la rubrique contact de ce site

 

Rue Du Bac

Cela faisait plusieurs mois que je voulais aller rue du Bac. Paris est une ville de randonnées, les voitures ne devraient pas y exister. Il faut marcher dans chaque rue pour répondre à l’appel des librairies aux spécialisations improbables, des magasins que les grandes surfaces n’ont pas achevés, de la majesté des bâtiments.
J’avais hier toutefois une destination précise, la chapelle de la médaille miraculeuse. Au 140 de la rue du Bac, dans le 7e arrondissement, l’histoire raconte qu’en 1830, la religieuse Catherine Labouré a eu des apparitions.
Je voudrais rapporter un seul fait : au premier rang de la chapelle, j’avais devant moi le cercueil de verre de la sainte. Son visage est intact !
Il me semble que, pour le moins, il est aussi difficile d’admettre les apparitions que d’expliquer un tel phénomène.

J’ai bien sûr repensé au saint courroux du Père Brune : “Quel est l’écho de tout ça ? […]Tout le monde s’en fout. Dieu peut faire des miracles, il pourrait agiter le soleil et la lune comme à Fátima, on s’en fout.”

 

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo

 Il est mort Jim, Ça n’intéresse personneen version papier ou e-book : rubrique Librairie.

Pérou, Brésil, Mexique, France

Dans le roman Il est mort Jim, le lecteur est invité à rejoindre le Pérou. Il parcourt avec Jim Rosso la ville de Lima, ses falaises sous lesquelles gronde l’océan, ses parcs et ses rues coloniales. Il s’envole d’une poussée de réacteurs au-dessus des Andes pour rejoindre le Brésil et le temps arrêté du Minas Gerais, puis la France, où Jim accomplit le dernier chemin avant celui de sa nouvelle vie en direction de Compostelle.

Dans Ça n’intéresse personne, le narrateur rencontre le Père Brune au Mexique, un pays dont la magnificence baroque inspire ses réflexions sur de mystérieuses révélations, avant de conclure son parcours dans un petit appartement parisien, où l’après-midi accompagne son vis-à-vis vers la fin de sa mission.

A qui en parler ?

A qui en parler ? Je décidai une publication sans commentaire et fis de la prise de vue la plus lointaine la bannière de ma page Facebook. L’image ne fit l’objet d’aucune question, d’aucune remarque. Il est vrai que ce n’était pas celle d’un visage quelconque de mon quotidien, ces photos qui aussitôt déclenchent l’obligatoire « like » du catalogue d’étalage personnel qu’est Facebook et un commentaire non moins de mise sur la qualité plastique de la personne dans le cadre du consensus affectif qui y prévaut.
Marc Boisson, Ça n’intéresse personne, manuscrit
#çaninteressepersonne 

Défi des années

Etrange concert dans le Jardin du Luxembourg – Paris

Dans ses Histoires magiques de l’histoire de France, le journaliste Guy Breton narre la rencontre improbable survenue en 1925 au jardin du Luxembourg entre un étudiant en médecine, Jean Romier, et un vieil homme en redingote. Ils se mettent à parler musique et en particulier de Mozart, une passion commune, puis le vieil homme propose à l’étudiant de venir le vendredi suivant à 21 heures écouter un concert privé de musique de chambre du célèbre compositeur dans son appartement dont il lui donne l’adresse, ainsi que son nom, Alphonse Berruyer. Le soir dit, le jeune homme se rend sur place et passe une merveilleuse soirée en compagnie de gens qu’il trouve cependant étranges : ils sont habillés à la mode du siècle précédent, s’éclairent au gaz et ont tous le teint pâle et les traits figés, comme s’ils étaient en cire…

Il prend congé à minuit mais réalise dans la rue qu’il a oublié son briquet en or. Il remonte et sonne, puis frappe, mais pas de réponse. Le voisin furieux lui demande ce qui se passe, et explique au jeune homme qu’Alphonse Berruyer est mort en 1905 et que l’appartement est vide depuis vingt ans ! On le prend pour un cambrioleur, mais quand il est ramené sur place en présence de l’actuel propriétaire, descendant de Berruyer, il reconnaît l’appartement complètement empoussiéré et est surtout capable de nommer plusieurs personnes sur les photos en donnant des détails à propos de chacun, qui se révèlent exacts. Le plus incroyable est qu’il retrouve son briquet là où il l’avait laissé quelques heures plus tôt, mais recouvert de poussière comme le reste du mobilier !
Magazine Inexploré Hors série numéro 7 INREES

IeMJ Lecture Episode 82-Chap 13

Cliquez sur play pour écouter  IeMJ lu par l’auteur

Retrouvez la version complète de IeMJ

IeMJ Lecture Episode 63-Chap 10

Cliquez sur play pour écouter  IeMJ lu par l’auteur

Retrouvez la version complète de IeMJ

 

 

La maison aux esprits

“Je connais à Lima une maison aux esprits. C’est un peu celle d’Eduardo et de Gertrudis Pastor mais si j’avais narré tous les phénomènes qu’on y raconte, j’aurais pu être accusé de mauvaise fiction. On y connait les EMI ; les apparitions sont légion. Les esprits sont si familiers qu’on n’interrompe pas une vaisselle pour cela.”
Il est mort Jim, chap 22

Dans IeMJ, je parle d’une “maison aux esprits” que je connais bien à Lima. Ecrit-elle une suite au roman ? 
Les faits se sont déroulés cette semaine.

L’histoire du film qui n’existait pas

La revue du Nouvel Observateur en ligne rapporte une histoire belle et étrange, celle d’un film qui n’existe pas et que de nombreuses personnes, de pays différents, sont certains d’avoir vu. Ils en donnent même des détails précis, pas loin d’accuser son acteur principal, bien réel lui, de l’avoir effacé de sa filmographie.

Lire l’article 

S’agit-il « de souvenirs fabriqués à plusieurs ou de réalité parallèle » ?