Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 67

« Nos jardins étaient mitoyens et jamais on ne les entendait se disputer. »

20043240974_669c17f316_z
Chapitre 9.2

– A côté de chez nous, en Californie, il y avait une famille que je trouvais parfaite lorsque j’étais enfant, me raconta Lis-Angela. Un couple uni.

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 66

« Le monde est plein de gens qui parlent d’eux. Et il y aussi ceux qui font semblant d’écouter pour pouvoir parler. »

14687319928_3f6e0cc5b1_z

Chapitre 9.1

Lis-Angela pensait qu’Eduardo Pastor avait une relation bizarre avec sa fille. Nous l’avions croisée alors que nous partions, par le bord de mer, boire un verre à Larcomar. J’aimais, je l’ai dit, parcourir l’enfilade de parcs du Malecón et Lis-Angela déguster un milk-shake de lúcuma au Mangos, une cafétéria qui avait une terrasse au bord des falaises.

Jim rend visite à Roberta à Barranco

A propos des épisodes 10, 11, 12 du chapitre 7 de Il est mort, Jim

« Alors que le taxi longeait les falaises du bord de mer et que je me penchais à la fenêtre pour humer l’air »

8693829061_33acd17040_z

tacama_seleccion_especial_alicante_bouschet

 

« Une assiette de fromages terminerait le repas, arrosée d’un Tacama, Selección especial[1] »

 

 

Suspiro-de-limeña-003

« Et si nous avions encore faim, un petit suspiro limeño[2] se marierait parfaitement avec le café. »

 

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 65

« C’est vague et comme fantomatique. »

cow-1508109-1918x1226

Chapitre 8

Dans Le livre du même nom, Allan Kardec évoque la vie parmi les esprits. On ne le sent pas trop à l’aise avec le sujet. C’est vague et comme fantomatique. On comprend que les esprits sont errants tant qu’ils doivent encore se réincarner. Les purs esprits ne le sont plus.

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 64

« Une des grandes fenêtres entrouvertes laissait passer une brise marine. Cela ne me dérangeait pas que le repas soit entièrement froid ? »

6803549876_a01466383c_z

Chapitre 7-12

Il y avait des bougies sur la table. Avec la semi-obscurité de la salle, les lueurs qui venaient de l’extérieur, on avait l’impression d’un grand espace. Une des grandes fenêtres entrouvertes laissait passer une brise marine, qui m’empêcha de deviner la venue du saumon fumé.

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 63

« Mais soit les temps avaient changé, soit les intellectuels de mon genre étaient d’incorrigibles pacifistes. »

5535071771_d2df343c71_z

Chapitre 7-11

– Fujimori a quand-même fait arrêter Abimael Guzmán.
– Non, Roberta, Fujimori s’est attribué le résultat d’un travail du Service d’Intelligence qui avait débuté avant son élection. Quand je dis que Vargas Llosa n’aurait pas fait mieux, je pense au sort des premières victimes du Sentier, la population indienne. Son positionnement libéral l’aurait amené à privilégier la population bourgeoise, principalement blanche et liménienne.

2015… 2016

Oiseau bleu 2

Pas très loin de Chichen Itzá, il y avait l’oiseau bleu. Gracieux, lumineux. L’homme a amené les pierres, somptueuses, dirigées vers le ciel. La nature et eux ne faisaient qu’un. Mais des pierres rougeoyaient de sang.

Rêvons en 2016 à un monde sans violence.
Bonne année.
Feliz año nuevo.
Feliz ano novo.

Chichen Itzá

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 62

« Je remarquai un couple qui me dépassa puis disparut par une porte »

lima-1570724-640x960

Chapitre 7-10

Alors que le taxi longeait les falaises du bord de mer et que je me penchais à la fenêtre pour humer l’air, je m’étonnais encore du but de ma course. Roberta avait confirmé l’invitation à dîner. Barranco s’était un peu détériorée au fil des années mais mon ex-femme et son compagnon vivaient dans un immeuble bien situé, avec une vue à 180º sur l’océan.

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 61

« Il ne lui reste plus rien que des sensations, et particulièrement celles de l’enfance »

4374852862_90926a2fac_z
Chapitre 7-9

Qu’était la mort et que se passait-il lorsqu’on mourait ? Clairement une libération pour Le livre des esprits : « Les Esprits revêtent temporairement une enveloppe matérielle périssable, dont la destruction, par la mort, les rend à la liberté ». La mort était la destruction de notre enveloppe grossière, de notre corps.