Avis des lecteurs Il est mort, Jim

J’ai été dans l’ensemble troublée par ce roman mais aussi surprise et un peu bouleversée aussi mais le tout, dans le bon sens du terme. Surprise car je m’attendais à un roman avec une intrigue centrale alors que celui-là propose plus, selon moi, une réflexion. Troublée parce que sont évoqués des sujets auxquels je suis sensible. Bouleversée, car je pense que je n’oublierai pas le contenu du livre avant longtemps, voire jamais, et parce que la fin m’a émue. J’ai beaucoup apprécié la mise en abîmes du personnage qui cherche ce que l’auteur tente de découvrir. Je me pose beaucoup de questions notamment sur la distance qui existe entre l’auteur et son personnage. J’ai aussi beaucoup aimé tous les personnages, attachants, et le style, simple et direct, de l´ensemble. Bravo pour ce superbe travail et pour le courage d’un tel témoignage.
Myriam M., Pays Basque – 30 juillet 2015

A propos de Il est mort, Jim – 18 / Le documentaire La vie après la vie

 

Pour visionner le documentaire  » La vie après la vie, de l’autre côté de la mort – L’ultime mystère. »

La vie après la vie

 

 

Ce documentaire est adapté du best-seller mondial « Life after life » (La vie après la vie)  du Dr. Raymond A. Moody, traduit en 26 langues, vendu à 10 millions d’exemplaires dans plus de 30 pays. Durée : 57 mn.

 

 

Raymond Moody

 

 

« Le docteur Moody, bien carré dans un fauteuil dans un environnement cosy »

 

Dannion Brinkley Dannion Brinkley

« L’un avait été victime d’une électrocution et avait dû au seul fait de porter des chaussures avec des semelles en caoutchouc, celui de ne pas avoir été volatilisé » 1975.
Dannion Brinkley a actuellement 65 ans. Auteur du livre Sauvé par les anges, il est devenu, après ses expériences, une figure proéminente du New Age. « Ses expériences » car il vécut une seconde EMI, 20 ans après la première, lorsque son cœur, endommagé par son premier accident, dut être opéré d’urgence. Il affirme que depuis son électrocution et son voyage aux portes de la mort, il a acquis la faculté de lire dans les pensées d’autrui.
« Les personnes qui ont fait un séjour dans l’au-delà ont beaucoup plus d’aptitudes extrasensorielles que les sujets n’ayant jamais vécu cette aventure spirituelle », constate le docteur Melvin Morse, autre grand spécialiste de l’étude des N.D.E, qui a analysé des centaines de cas de gens revenus de l’au-delà.

Sandi Rogers

 

« La deuxième était une jeune infirmière qui s’était suicidée. »
 Sandra Rogers  est décédée en 2000, des suites de sa tentative de suicide de 1976.

 

Viola Horton

« La troisième, une dame d’une soixantaine d’années, avait subi un traumatisme post-opératoire. »
Viola Horton

 

 

George Ritchie

« Le quatrième était lui-même psychiatre et victime d’une double pneumonie »
George Ritchie a écrit Retour de l’au-delà et est décédé en 2007 à l’âge de 84 ans.

 

 

 

Pamela Lewis

« La cinquième avait eu une fin originale : manager d’artistes, elle avait été attaquée par des abeilles »
Pamela Lewis

 

 

George Rodonaia

 

George Rodonaia

« Le sixième était un Russe, comme on en voyait dans les films des années soixante-dix : un cerveau dissident, docteur en psychologie. »
Dr George Rodonaia, après son expérience, a étudié la spiritualité. Il a préparé un second doctorat, en histoire des religions et est devenu prêtre de l’église orthodoxe méthodiste aux Etats-Unis (Texas). Il est mort en 2004.

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 18

Retrouvez deux fois par semaine, le mercredi et le dimanche, un nouvel épisode du roman inédit Il est mort, Jim. A retrouver également sur Facebook.

Vie

Chapitre 3-6

J’accédai ensuite à un documentaire[1] avec des témoignages recueillis par Moody, peut-être ceux que l’on retrouvait dans son livre. Pendant 20 ans, il avait regroupé ces récits. L’un avait été victime d’une électrocution et avait dû au seul fait de porter des chaussures avec des semelles en caoutchouc, celui de ne pas avoir été volatilisé. La deuxième était une jeune infirmière qui s’était suicidée. La troisième, une dame d’une soixantaine d’années, avait subi un traumatisme post-opératoire. Le quatrième était lui-même psychiatre et victime d’une double pneumonie. La cinquième avait eu une fin originale : manager d’artistes, elle avait été attaquée par des abeilles. Le sixième était un Russe, comme on en voyait dans les films des années soixante-dix : un cerveau dissident, docteur en psychologie.

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 17

Retrouvez deux fois par semaine, le mercredi et le dimanche, un nouvel épisode du roman inédit Il est mort, Jim. A retrouver également sur Facebook.

tunnel

Chapitre 3-5

Je revins chez moi avec le Dr Moody. J’étais presque honteux de l’avoir acheté et m’étais surpris à jeter des regards furtifs autour du stand au cas où une connaissance de l’université serait passée par là. Cela me gênait comme lorsque, dans ma jeunesse française, j’achetais une revue pornographique et que le rouge poussait jusqu’à la racine de mes cheveux du bureau de tabac jusqu’à ma chambre.
Je l’entrepris presque aussitôt que j’arrivais à mon appartement. Je retournai le livre et l’examinai avec curiosité et le recul bien-pensant devant un objet kitsch… Il narrait apparemment le cas de ce qui était traduit en français par « mort imminente » ou « mort rapprochée ». Il devait y avoir une nuance entre les deux.

Il est mort, Jim – 16 / Le pape des E.M.I.

EMI-Raymond-Moody

Raymond Moody est un médecin et docteur en philosophie, né en 1944 aux Etats-Unis. En 1975, il s’est rendu célèbre avec la publication de La vie après la vie, Life After Life. Il a recueilli pendant plus de vingt ans les témoignages de personnes disant avoir vécu une expérience de mort imminente – E.M.I. (Near Death Experience – N.D.E. en anglais). Il également écrit Lumières nouvelles sur la vie après la vie en 1977 et La lumière de l’au-delà en 1988.

 

 

 

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 16

Retrouvez deux fois par semaine, le mercredi et le dimanche, un nouvel épisode du roman inédit Il est mort, Jim. A retrouver également sur Facebook.

salon livre

Chapitre 3-4

« La mort, plus du tout », songeai-je, quelques heures plus tard, chez moi, alors que je fumais une cigarette assis à la table de la cuisine. J’en étais encore bien loin, en ce qui me concernait. J’avais commencé à lire les journaux du dimanche, que j’avais trouvés sous ma porte en rentrant, puis mon esprit était revenu vers les paroles d’Eduardo. J’avais déjà entendu parler d’histoires semblables mais n’y avais pas prêté attention. Sans doute qu’à ces autres moments de ma vie, j’étais moins enclin à les écouter. Mais cette fois, le témoignage avait été direct et Eduardo paraissait croire en ce qu’il racontait. J’étais à peu près dans l’état d’esprit suivant : et si cela pouvait être vrai !

SELFIE JE T’AIME – SUITE

Sainte Chapelle

Vu à la Sainte Chapelle – Paris.

Le téléphone, au bout de bras articulé, est le chien tenu en laisse qu’on promène amoureusement dans les monuments parisiens. Moins importent l’éclat des vitraux, les siècles de l’empreinte de la lumière dans ce bâtiment de verre que le sourire qu’on adresse à son portable au bout de sa fameuse prothèse.

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 15

Retrouvez deux fois par semaine, le mercredi et le dimanche, un nouvel épisode du roman inédit Il est mort, Jim. A retrouver également sur Facebook.

expérience de mort imminente

Chapitre 3-3

Eduardo ne gardait plus aucune trace apparente de son problème de santé. Il aimait raconter des histoires et le faisait avec un certain talent. Ses nombreuses anecdotes, liées au pays dont il était fier, le sien, étaient agréables à entendre.
A la fin du repas, nous restâmes seuls. On entendait sa femme et sa sœur débuter une longue vaisselle. C’est là qu’il fit allusion à ce qui lui était arrivé sur le banc à Miraflores.

Il est mort, Jim – 14 / Pour en savoir plus : Eduardo et Elsita sont à la cuisine

Lisez le manuscrit de Il est mort, Jim – 14

Retrouvez deux fois par semaine, le mercredi et le dimanche, un nouvel épisode du roman inédit Il est mort, Jim. A retrouver également sur Facebook.

Piscou sour

Chapitre 3-2

Une femme inquiète attendait Eduardo. Lorsqu’elle fut rassurée, elle se confondit en remerciements et se présenta. Elle s’appelait Gertrudis.
– Vous devez absolument revenir, dit Eduardo.
– Oui, renchérit sa femme. Venez déjeuner avec nous dimanche.
Je me laissai surprendre par l’invitation et n’eus pas la présence d’esprit de refuser. Et comme je pensais que mon hôte pouvait avoir des choses intéressantes à me raconter, en tant qu’ex-militaire, je conclus, en rentrant chez moi dans un bus improbable, que j’avais bien fait d’accepter.