Pensées diffuses

Ses pensées étaient nostalgiques, diffuses. Puis une vision la réveilla : de lourdes portes enfermant des corps condamnés à l’holocauste, à l’époque où son pays s’était voracement jeté sur ses voisins, d’avance vaincus par la peur. Combien de condamnés remis aux horribles gueules des fours de la mort, combien de victimes offertes par une France d’avance amnésique, combien de personnes transportées sur les voies qu’elle empruntait en ce moment en sens inverse ?
Marc Boisson, Vox Latina, version complète
#voxlatinamarcboisson 

Ca n’intéresse personne

Extrait du manuscrit du roman Ca n’intéresse personne, lu par l’auteur

Seul chez moi

« Seul chez moi, des questions me taraudent. Difficile de croire que la rencontre avec Jim soit une coïncidence. Le vieux cinéaste a fini par narrer que la voix a déterminé la trame d’un film qu’il a réalisé quarante ans plus tard. Un film qui a eu un certain succès d’estime en 1982 et qu’il a intitulé Le rêve américain. »
Lisez gratuitement en ligne le roman Vox Latina
#voxlatinamarcboisson

On peut tout à fait

On peut ne pas croire à la réalité des témoignages de ceux et celles qui ont vécu une expérience aux frontières de la mort. On peut rester incrédules devant de très nombreux récits qui disent tous la même chose. On peut demeurer insensibles aux chiffres qui nous informent que ce sont désormais des millions de personnes qui ont fait cette expérience. On peut tout à fait…

Cliquez sur l’image pour voir le documentaire Le grand retour

« Pour la première fois, auparavant toujours du côté des agnostiques moquant les croyants, je me demandais si l’attitude la plus ridicule n’était pas celle du déni total. » Il est mort Jim, p. 167

L’Eglise n’est pas avare de subtilités

La mention dominicale lui fut sans doute suggérée par une cloche dont le son s’immisça dans sa bibliothèque, à laquelle je me doutais que ses livres faisaient volontiers place. C’était comme si l’église voisine l’appelait, lui qui était si près de la quitter pour l’orthodoxe. Elle avait raison, elle était en train de perdre un de ses meilleurs éléments. Quelle anomalie que cet homme, qui parlait si bien de l’eucharistie, n’en soit jamais l’acteur ! Nul doute que s’il avait eu un diocèse, ses prêches auraient été anthologiques. Le Vatican le laissait parler, comme il aimait à le dire, mais peut-être voulait-il étouffer le génie du prêtre par son indifférence. L’église n’est pas avare de subtilités, lui non plus, qui sans nul doute avait tôt préféré la liberté.
Marc Boisson, Ça n’intéresse personne, manuscrit
#çaninteressepersonne 

La preuve ultime ?

« La vie n’est finalement rien d’autre que “l’être” même de Dieu »

Cette phrase est tombée des pages du Père François Brune, que je lis avec attention pour mon nouveau roman. Et si le simple souffle de vie était la preuve divine ?
Chagall ne semble pas dire autre chose avec le tableau « La création de l’homme ». 

 

Qui représente l’homme sur le point d’être jeté dans le chaos de la vie, avant que Dieu ne lui donne le souffle de vie.

Souvenirs de la grande ile

L’odeur du café grillé chatouillait le nez. C’était signe avant-coureur du crépuscule à Toamasina. Les hommes au bord des cases revêtaient le lamba traditionnel des courtes soirées qui, faute d’électricité, étaient destinées à mourir à la tombée de la nuit. Avec ce pagne ceint autour de leur taille, ils avaient l’air de rois d’une époque ancienne. Les requins, non loin de là, au creux de l’océan indien, affûtaient leurs crocs dans l’espoir d’un festin vespéral. Les plages luisaient des feux du couchant, annonciatrices du sang que vénèrent les prédateurs. Les échoppes en bois et feuilles de ravenala brûlaient leurs premières bougies. Des grappes de marcheurs surgissaient de l’obscurité, s’interpellant à l’occasion d’une halte devant l’épicier qui saisissait la bouteille de rhum d’une étagère branlante et servait les habitués.
Marc Boisson, Vox Latina
Lecture gratuite en ligne
#voxlatinamarcboisson

 

 

Mes croyances pour une gélatine

Extrait du manuscrit du roman Ca n’intéresse personne, lu par l’auteur

La mort plus du tout

« La mort, plus du tout », songeai-je, quelques heures plus tard, chez moi, alors que je fumais une cigarette assis à la table de la cuisine. J’en étais encore bien loin en ce qui me concernait. J’avais commencé à lire les journaux du dimanche, que j’avais trouvés sous ma porte en rentrant, puis mon esprit était revenu vers les paroles d’Eduardo. J’avais déjà entendu parler d’histoires semblables mais n’y avais pas prêté attention. Sans doute qu’à ces autres moments de ma vie, j’étais moins enclin à les écouter. Mais cette fois, le témoignage avait été direct et Eduardo paraissait croire en ce qu’il racontait. J’étais à peu près dans l’état d’esprit suivant : si cela pouvait être vrai ! »
Marc Boisson, Il est mort Jim
version complète de IeMJ
#ilestmortjimmarcboisson

Claustrophobes s’abstenir

Extrait du manuscrit du roman Ca n’intéresse personne, lu par l’auteur.