Les toutes premières lignes du nouveau roman dont j’ai débuté la rédaction.
J’avais terminé Il est mort Jim à Lima. J’y commence celui-ci. Ces mots sont aussi provisoires que son titre actuel, « Les mondes parallèles ».

Dieu punissait-il l’insolence ? C’était loin de l’image que j’avais reconstituée des décombres de mon incroyance. Le décollage avait été immédiat pour un itinéraire bien tracé. J’avais tout prévu, tout écrit.
L’avion s’était d’ailleurs arraché du sol. Je vivrais mes dernières années guidé par un agenda dont j’avais fait un roman. Je n’avais rien laissé au hasard au moment où je ne croyais plus en lui. J’étais en fin de missions, de celle qui m’enlevait du Mexique, de 35 années de vie professionnelle, d’un chemin personnel qui avait débuté six années auparavant.

 

 

 

 

Lima, 6 janvier 2018