CAPA-IL-EST-MORT-JIM

IL EST MORT, JIM

Il est mort, Jim, c’est l’histoire d’un chemin spirituel, celui de Jim Rosso. Professeur d’histoire à l’Université catholique de Lima, il décide d’effectuer une dernière recherche, celle qui va le mener à explorer la vie après la mort. Agnostique, il n’imaginait pas qu’il allait être conduit à réviser de fond en comble sa vision de l’existence.

 

extrait de livre

Je m’appelais Jim, Jim Rosso. Je suis mort à l’âge de 83 ans, au pied d’un arbre, sur une place de Lima, au Pérou. Avant de décrire le tableau peu conventionnel de la situation, j’aimerais dire, et sans jeu de mots, quelques mots sur mes racines. Ma famille est d’origine italienne. Aldo Rosso, mon grand-père, n’avait pas émigré pour des raisons politiques. Que peut l’amour du pays contre les nécessités économiques ? J’étais né Jérémy puis, je ne sais par quel hasard familial ou scolaire, on avait pris l’habitude de m’appeler Jim. Ça me plaisait.

Le journal La República du samedi annonça mon décès. Le lundi, ma compagne, Hedda D’avila, n’apparut pas à l’Alliance Française. C’était très inhabituel. Ses collègues purent l’avoir au téléphone le jeudi matin. Elle était digne mais manifestement très affectée. J’allais pourtant très bien ! Je n’étais pas mort dans mon sommeil, non. C’était affreux. Le vendredi précédent, j’avais sans doute voulu promener le chien.

avis des lecteurs

J’ai été dans l’ensemble troublée par ce roman mais aussi surprise et un peu bouleversée aussi mais le tout, dans le bon sens du terme. Surprise car je m’attendais à un roman avec une intrigue centrale alors que celui-là propose plus, selon moi, une réflexion. Troublée parce que sont évoqués des sujets auxquels je suis sensible. Bouleversée, car je pense que je n’oublierai pas le contenu du livre avant longtemps, voire jamais, et parce que la fin m’a émue. J’ai beaucoup apprécié la mise en abîmes du personnage qui cherche ce que l’auteur tente de découvrir. Je me pose beaucoup de questions notamment sur la distance qui existe entre l’auteur et son personnage. J’ai aussi beaucoup aimé tous les personnages, attachants, et le style, simple et direct, de l´ensemble. Bravo pour ce superbe travail et pour le courage d´un tel témoignage.
Myriam M., Pays Basque – 30 juillet 2015

ico-acheter-online

LA LIBERTÉ, MÊME TARDIVE / A PAIXÃO DE TIRADENTES

La liberté même tardive, c’est l’histoire d’un jeune étudiant, Boris, qui part habiter quelques mois dans la ville coloniale d’Ouro Preto et qui y vivra une aventure qui va radicalement changer le cours de son existence. Deux assassinats, une statue en bois creux, des diamants et un manuscrit du dix-huitième siècle sont le point de départ. Teresa, une jeune juive qui part se réfugier au Brésil, se retrouve mêlée à Vila Rica (l’ancien nom d’Ouro Preto) au mouvement de l’Inconfidência qui manqua de changer radicalement le cours de l’histoire du Brésil.

 

extrait de livre

Le mail de Véronique est déjà arrivé lorsqu’il se réveille, le jour suivant, après une nuit presque complète d’insomnie. Difficile d’expliquer ce qui l’a poussé, dans un réflexe, à envoyer à la vieille tante de sa mère un fichier contenant les copies des premières pages du manuscrit trouvé dans la statuette. Etrangement, elle se montre très intéressée. Il semble qu’un prénom, Xavier, ne lui est pas inconnu. Il relit son message.

Boris, Comment vas-tu ? Puisque la date de ton arrivée a changé, n’oublie pas de m’envoyer l’horaire et le numéro de ton vol. Je joins à ce message la traduction que tu m’as demandée. Je me demande où tu as trouvé ce texte. L’as-tu acheté dans une vente de livres anciens ? Il s’agit de vieux originaux, de copies ? Peut-être ne sais-tu pas que Vila Rica était le nom d’Ouro Preto ? Et qui est cette Thérèse ? Xavier est celui auquel je pense ? Excuse ce flot de questions mais ma curiosité est à son comble.

A bientôt,

Véronique

 

ico-acheter-online

L’HOMME QUI PARLE, PARADIGME DE L’ÉCRIVAIN / A PROPOS DU ROMAN DE MARIO VARGAS LLOSA

Cet essai pose le principe de la figure métaphorique du personnage de Saul Zuratas. A travers lui, à travers sa singulière histoire, le lien particulier qu’il établit entre les peuples de l’écrit et de l’oral, Mario Vargas Llosa nous parle de la place de l’écrivain dans la société. Le romancier est un guide, un porte-parole. Les mots font de lui un suprême objecteur à la création divine.

ico-acheter-online

VOX LATINA

Louis Delvaud vient de s’installer à Tellac. Ingénieur du son de métier, il est intrigué par la maison en face de chez lui qui paraît abandonnée. Un soir, sa curiosité le pousse à aller vérifier. Il découvre alors qu’elle est en fait habitée, et rencontre le propriétaire des lieux, Jim Rosso, un ancien metteur en scène de 80 ans. A force de discussions et d’évocation de souvenirs, ils s’aperçoivent qu’ils ont beaucoup en commun. Mais d’où leur vient ce lien si fort ?

Lecture gratuite du livre

extrait de livre

Le paysage défilait devant ses yeux. Elle n’aurait pas voulu interrompre ce voyage, même si ses couleurs n’étaient pas celles de la joie. Elle savait que ce gris infini était la première image qui impressionnait les Latino-américains en arrivant en Europe. Les vieilles maisons en pierre aux portails remplis de lierre, aux lourds escaliers en fer et aux toits en ardoise – desquels les Français sont si fiers, signifiaient pour eux une austérité remplaçant implacablement les jours insouciants. Une autre gare. Elle devinait déjà le panneau qui se détacherait de la nuit blafarde. Une autre gare, avec ses bruits familiers mais pour ainsi dire ouatés, fruit de tant de vécus semblables, de tant d’allers-retours ferroviaires qui marquaient cette semi-émigration dans un pays si proche et en même temps si éloigné.

avis des lecteurs

Un ouvrage remarquable à tous points de vue : style littéraire, rythme, construction de l’intrigue, composition des personnages. Au fil des pages, le lecteur est invité à recomposer les multiples facettes d’un texte créatif, innovant et extrêmement bien écrit.
Lucia C., São Paulo – 06 mai 2013

J’ai terminé la seconde moitié de Vox Latina en une nuit.
Quelle étrange et réjouissante histoire nous raconte l’auteur ! Il nous balade dans le temps et l’espace, un peu décousu de son univers hallucinatoire
De la rencontre avec le vieux Jim Rosso dans la maison de Tellac, du studio de radio des années de fac à Strasbourg, des scènes truculentes africaines, je ressors un peu sonnée.
Il faut suivre ! Mais j’ai suivi Louis me disant que moi aussi lectrice j’avais quelques vagues liens avec lui…
Je suis encore sous le choc de l’étonnement.
Carine D., Mexico – 16 février 2017

 


OÙ ACHETER

Vox Latina | online Amazon

L’homme qui parle, paradigme de l’écrivain | online Amazon

La liberté, même tardive | online Bookess / A paixão de Tiradentes | online 

 

LIVRARIA FRANCESA

Livraria Francesa Matriz
Rua Barão de Itapetininga, 275 – República – São Paulo SP
Tel. (11) 3231-4555

Livraria Francesa Jardins – Trianon
Alameda Ministro Rocha Azevedo, 419 – São Paulo – SP
Tel. (11) 3081-0220

Livraria Francesa Brooklin – Vila Olímpia
Av dos Bandeirantes, 1400 (Praça Min. José Romeu Ferraz) São Paulo – SP
Tel. (11) 5042-1211

Livraria Francesa Grande ABC
Rua das Figueiras, 2658 (espaço La Petite France) – Santo André – SP
Tel. (11) 4421-5892

Livraria Francesa Ipanema
Rua Garcia Davila, 72 Rio de Janeiro – RJ
Tel. (21) 2249-2776