Il est désormais tout à fait possible de réaliser un voyage virtuel. Je peux créer un blog consacré par exemple à mon périple au Mexique, sans y avoir jamais mis les pieds. J’y établirais mon itinéraire grâce à Google maps, mes photos tirées de Pixabay, mes menus copiés de Tripadvisor, mes vidéos de Youtube, mes souvenirs achetés sur Amazon…
L’univers fictionnel est friand des réseaux sociaux. De même que le cinéma embellissait seul la vie réelle des amateurs d’écran d’avant Internet, qui nous dit que leurs usagers ont vraiment adoré les lieux qu’ils ont liké ? Sur Facebook, la publication d’un autoportrait déclenche un automatique et obligatoire commentaire sur la qualité de l’esthétique de la personne. Dans la vraie vie, on est rarement gratifiés des mêmes éloges avec une simple apparition de notre face auguste. Est-ce la raison pour laquelle nous étalons notre existence sur les réseaux sociaux ?