« La mort, plus du tout », songeai-je, quelques heures plus tard, chez moi, alors que je fumais une cigarette assis à la table de la cuisine. J’en étais encore bien loin en ce qui me concernait. J’avais commencé à lire les journaux du dimanche, que j’avais trouvés sous ma porte en rentrant, puis mon esprit était revenu vers les paroles d’Eduardo. J’avais déjà entendu parler d’histoires semblables mais n’y avais pas prêté attention. Sans doute qu’à ces autres moments de ma vie, j’étais moins enclin à les écouter. Mais cette fois, le témoignage avait été direct et Eduardo paraissait croire en ce qu’il racontait. J’étais à peu près dans l’état d’esprit suivant : si cela pouvait être vrai ! »
Marc Boisson, Il est mort Jim
version complète de IeMJ
#ilestmortjimmarcboisson