Je préfère d’emblée dévoiler la vérité, aussi choquante soit-elle. Je n’aime pas les ronds-points. Ce n’est pas rendre hommage à leur succès, je le sais bien. Ils ont poussé à tel point qu’il n’est plus possible, en France, de suivre une ligne droite avec sa voiture. De plus, de réels efforts sont faits pour en faire des musées fleuris, des statues dont le bon goût ne peut être nié, tantôt des Don Quichotte apeurés de rouiller dans le métal ou des hommages de bois à des spécialités locales. Et ils sont festifs. Leur multiplication donne le tournis, au sens propre. On est entraînés dans leurs lacets successifs comme dans un grand-huit.