Je ne sais pas exactement quand ça a commencé, quelques mois tout au plus. Je l’ai observé chez les plus jeunes, lorsque la possibilité de dialogues naissait d’une (courte) pause Smartphone. « Du coup » a envahi les débuts de phrase. L’expression s’est ensuite immiscée dans le moindre intervalle lexical et a percé les couches d’âge. Elle a tordu le cou(p) aux « donc » « alors » et autres « de ce fait » qui ne savaient pas que la langue française pouvait témoigner de tant d’ingratitude après des siècles de loyaux services. Bien heureusement, nous sommes quelques valeureux qui résistons. Du coup, grâce à nous, l’expression n’étouffera pas le vocabulaire, telles les mauvaises herbes la variété des plantes…