Vox Latina

– Je crois qu’il est surtout allé entendre la voix qui vous préoccupe tant tous les deux.
Et elle ajoute :
– Et il ne l’entendra pas…
Je sursaute :
– Comment le savez-vous ?
– Je peux vous l’expliquer…
– Vous l’avez cherchée ?
– Oui, mais je sais surtout qu’elle n’a jamais été présente dans le film. Je connais son origine.

Lecture gratuite en ligne

Il avait tout essayé

Il avait tout essayé.
Il s’était forcé à une attitude impeccable. Dès que l’envie de juger le prenait, il s’accrochait au sourire et au silence. Les fâcheux ne l’avaient pas lâché.
Il avait fini par comprendre qu’un simple frémissement de ses traits pouvait manifester les rejet, orgueil, moquerie, et colère qu’il croyait ne pas ressentir.
Les fâcheux avaient un tropisme citadin. Il s’enfonça dans la campagne profonde…
Peut-on parier qu’il y vécut heureux ?

Vox Latina

Le premier jour du tournage, précisément à cinq heures et demie, heure toute militaire, la jeep de l’aide de camp du Général attendait Jim devant l’immeuble où se situait son minuscule appartement. Assis sur le siège avant, Pedro l’informa que la belle vie était terminée et que l’heure habituelle de son coucher était devenue celle de son réveil. Comme Jim détestait être réveillé par des personnes inutilement joyeuses, il ne prit pas la peine de répondre. Quand les véhicules entrèrent dans la résidence militaire, devant les villas, il comprit pourquoi leurs propriétaires se cachaient des regards indiscrets. Nulle part ailleurs à Buenos Aires, on trouvait de semblables maisons, avec piscines et immenses pelouses. Mais tout ça était bien laid dans le fond.

Lecture gratuite en ligne

Silence !

Que ce point d’exclamation est bruyant. J’en efface la présence.
Je veux parler du vrai silence, de celui qui met un frein aux agressions sonores. Dans la rue où j’habite, la métaphore automobile s’impose de ses klaxons aussi inutiles que nuisibles.

Vox Latina

Ca s’est passé en avril de l’année suivante. Louis était dans un bar à quelques kilomètres de chez lui où il avait ses habitudes.
L’atmosphère n’était pas habituelle. La journée était sombre et les lumières du café en position semi-nocturne. Anna est entrée. Il l’a reconnue immédiatement.

Lecture gratuite en ligne

 

Pas sûr que nous ayons des yeux pour voir

Derrière les apparences de normalité, les anomalies s’en donnent à coeur joie. Défaits de notre passé, peut-être verrions-nous le monde d’une autre façon.

Vox Latina

Jim avait fini par apprécier Pedro. Au début, il le trouvait pénible, avec son côté délicat et ses prétentions artistiques. Il s’impatientait quand il s’intitulait auteur dramatique et commentait chaque ligne écrite. Etrangement, Jim avait constaté qu’il écrivait réellement bien. « Etrangement » parce que souvent, la vanité est l’apanage de ceux qui, sans elle, ne se distingueraient pas. 

Lecture gratuite en ligne

Une vie

Une vie se résume à combien de lectures, combien de rencontres ?
Combien de moments où l’on oublie notre condition humaine ?
En fera-t-on le compte ?
Quels instants suspendus
élevés
au temps enlevés ?

 

Vox Latina

Après maintes tentatives infructueuses, il s’extirpait de sa voiture et lui jetait à chaque fois un regard admiratif avant, rite immuable, de reculer de trois mètres cinquante pour appuyer sur la télé-commande des portières et jouir du bruit que faisaient les serrures ainsi actionnées. Les curieux – il n’en manquait jamais, vaquaient alors à leurs occupations, qui au classement improbable des tonnes de papier de l’administration, qui à la verbalisation des bicyclettes – à Toamasina, un automobiliste sans papier encourt moins les foudres de la police que le plus petit cycliste sans vignette. Loi du nombre !

Lecture gratuite en ligne

 

Certitudes

Je me demande si la pleine certitude exprimée par les croyants n’est pas un frein à la propagation d’un savoir bien réel.
Je crois que la foi a besoin d’explications. Pourquoi ne pas exposer le cheminement qui amène à faire sienne une spiritualité ?