Sanglant cortège

Cette question de l’apaisement m’amena à celle de la cruauté des pratiques aztèques. À deux heures de Mexico s’étend la cité de Teotihuacán. Les pyramides qui y demeurent ne sont pas le seul indice de son inquiétante puissance. L’esplanade s’étend, immense. La chaleur, intense, se déverse sur les touristes et brûle les crânes imprudents. Jusqu’au début du seizième siècle, la pyramide du soleil rougissait aussi du sang que les prêtres faisaient couler et qui, dit-on, ne devait jamais s’interrompre. On imagine les files des prisonniers attendant d’être hissés à son sommet pour le sacrifice. Des milliers de condamnés pouvaient aisément y être parqués. On a peine à accepter l’idée qu’ils attendaient des heures, peut-être des jours, sachant qu’à chaque pas, un être humain, au bout du sinistre cortège, était mis à mort. De quoi pouvaient-ils parler ? Quelles étaient leurs pensées ?

Marc Boisson, Ça n’intéresse personne, Ezema
Bientôt disponible sur ce site (Rubrique Librairie)

D’autres voix

Difficile de s’extraire de l’avalanche catastrophiste actuelle. D’autres voix se font cependant entendre, par exemple celle d’Annick de Souzenelle, qui ne minimisent pas la pandémie mais en proposent des clefs et des perspectives extrêmement intéressantes.
Philippe Guillemant est un physicien dont les recherches réconcilient la science et la spiritualité.

Cliquer sur l’image pour entendre Philippe Guillemant, dans le Festival « L’Académie du monde d’après, le 12 avril.

 

Joie des séries

Campinas, Brésil – 2016
– Ils ont fini par tuer Roberto. Qu’est-ce que j’étais contente !
– Ah oui, le salaud ! Il l’avait bien mérité.
Je m’accrochai aux bras de mon fauteuil. Pourvu que le coiffeur, qui promenait la lame de rasoir au bord de mes oreilles, n’ait pas les mêmes velléités meurtrières ! Le Brésil comptait bien parmi les pays les plus dangereux au monde mais je n’imaginais pas des vieilles dames dans le rôle de gangsters, devisant tranquillement de leurs affaires pendant une mise en plis.
– Il reste encore beaucoup d’épisodes ?
– Huit. Et ensuite on pourra regarder la quarantième saison. La Globo l’a annoncée.
Ouf ! J’étais sain et sauf, pour le moins dans le monde réel.

Le Brésil et toute l’Amérique Latine vivent au rythme des telenovelas. Toutefois, la loi des séries s’impose dans le monde entier. C’est un peu comme un bon chocolat qui en appelle un deuxième puis un troisième.
Je regarde une série anglaise en ce moment, Cuckoo. L’humour et l’excentricité britanniques sont un baume en cette période de confinement planétaire.
Je m’interroge, en revanche, sur le succès actuel d’un nombre significatif de séries qui se déroulent dans un univers carcéral.🤔

 

Parfois le soir, même en hiver

Extrait de Vox Latina, disponible ici gratuitement

Sortie prochaine

J’ai le plaisir de vous informer de la sortie prochaine de mon nouveau livre, qui s’intitule Ça n’intéresse personne.
C’est cette fois un roman court qui se déroule principalement au Mexique avec deux personnages extraordinaires qui ont cependant bel et bien existé, à 2.000 ans d’intervalle.
Ça n’intéresse personne sera bientôt disponible sur ce site.

Première page de
Ça n’intéresse personne, lue par l’auteur

Il est mort Jim

Extrait de Il est mort Jim, disponible ici gratuitement dans sa deuxième édition

 

Désinformation télévisée

Comme je vous le disais la semaine dernière, j’ai été soumis à une opération chirurgicale. Je remercie d’ailleurs beaucoup les personnes qui ont pris le temps d’une petite pensée. Je suis certain que cela m’a aidé.
Je suis maintenant confiné chez moi à l’image de toute la France. Je ne m’attendais pas à ce qu’une partie du monde m’accompagne dans cette obligation de rester à la maison.😉 Cette synchronicité est naturellement étrange mais elle ne l’est que pour moi.
J’ai passé quelques jours à l’hôpital et moi aussi, je veux saluer le travail et le dévouement de tout le personnel soignant.
Je n’ai pas la télé à la maison et ai donc eu tout le « loisir », pendant mon séjour, de mieux connaître les chaînes d’information continue. Je crois en la nocivité de la répétition des mêmes informations, ressassées jusqu’à plus soif entre deux plages publicitaires et au bénéfice de celles-ci. Elles sont d’ailleurs toutes identiques, seule l’enchère droitière les distingue encore quelque peu. Toutes poussent même le vice jusqu’à diffuser en double des informations continues. Pendant que vous êtes abreuvé d’un reportage usé jusqu’à la corde sur les élections municipales, on vous transmet en bas de l’écran des informations sur l’extension de la contamination du coronavirus.

 

 

 

 

 

 

Heureusement quelques voix s’élèvent, en cette période spéciale, inédite et angoissante en soi pour l’ensemble des habitants de la terre, pour proposer une réflexion décalée, montrer l’occasion que ces instants représentent, se projeter vers l’après.