Baby in the car

Je viens d’apprendre que je fais partie de la tranche des baby-boomers (les personnes nées entre 1945 et 1964). Je vais donc pouvoir nous critiquer. Non contents d’avoir épuisé la planète, dans la trêve pandémique en France imposée par les nécessités économiques, « nous » sillonnons les belles routes avec « nos » camping-cars polluants et encombrants. Puisque nous avons de l’argent pour nous payer des véhicules de la taille de moissonneuses-batteuses, allons plutôt dans les hôtels qui ont bien besoin d’un meilleur taux de remplissage.

« Un écrivain ne choisit pas ses thèmes, ce sont les thèmes qui le choisissent »

Mario Vargas Llosa

« En 2012, à 58 ans, vingt-cinq ans après mon doctorat, je commençai une dernière recherche, que je dédiais… à la mort. »
Il est mort Jim P. 13

« Je ne pris jamais un vol qui n’avait pas disparu des écrans radars mais de ceux des ordinateurs avant même qu’il ne décolle. »
Ca n’intéresse personne, p. 25.

Trois livres à gagner

Dans Ca n’intéresse personne, un prêtre enquête sur des apparitions au Mexique.
Il a bien existé et est notamment l’auteur de Les morts nous parlent.

Quel est son nom ?

Les trois premières personnes qui donneront la bonne réponse recevront le roman en version ebook.
Ecrire à la rubrique contact de ce site

 

Santé, proximité

Source : GoodPlanet https://www.goodplanet.org/fr/

Joie

Mais comment déterminer ce dont nous avons absolument besoin, ce dont nous n’avons pas vraiment besoin et ce dont nous n’avons pas du tout besoin ? Selon mon expérience, encore une fois, il s’agit là de quelque chose de très simple. Le critère essentiel qui doit guider votre choix est la réponse à cette question : Est-ce que ce que vous faites vous apporte de la joie ?
Haruki Murakami, Profession romancier, Belfond, 2019, p. 158

 

Rue Du Bac

Cela faisait plusieurs mois que je voulais aller rue du Bac. Paris est une ville de randonnées, les voitures ne devraient pas y exister. Il faut marcher dans chaque rue pour répondre à l’appel des librairies aux spécialisations improbables, des magasins que les grandes surfaces n’ont pas achevés, de la majesté des bâtiments.
J’avais hier toutefois une destination précise, la chapelle de la médaille miraculeuse. Au 140 de la rue du Bac, dans le 7e arrondissement, l’histoire raconte qu’en 1830, la religieuse Catherine Labouré a eu des apparitions.
Je voudrais rapporter un seul fait : au premier rang de la chapelle, j’avais devant moi le cercueil de verre de la sainte. Son visage est intact !
Il me semble que, pour le moins, il est aussi difficile d’admettre les apparitions que d’expliquer un tel phénomène.

J’ai bien sûr repensé au saint courroux du Père Brune : “Quel est l’écho de tout ça ? […]Tout le monde s’en fout. Dieu peut faire des miracles, il pourrait agiter le soleil et la lune comme à Fátima, on s’en fout.”

 

Vox Latina

Vox Latina est mon premier roman. Je l’ai écrit au tournant du millénaire. L’an 2000 lui a donné naissance. Il s’est écrit seul, d’une seule traite. Sans doute devais-je le porter en moi.