« Elle saisit sans effort sa lourde valise. Son imperméable à la main, elle descendit les marches du train. Ensuite, face à ce quai de Strasbourg qu’elle connaissait si bien, elle s’arrêta. Son combat intérieur était assez bien incarné par ce lieu, qu’elle aimait et détestait à la fois. Un endroit froid, battu par les vents et empli de bruits stridents. Ca sentait le tabac des nuits sans sommeil et c’était aussi le point névralgique de leur histoire. Elle pressentait déjà quel souvenir il deviendrait pour tous les deux. »
http://www.marcboisson.fr/vox-latina-version-complete/ 
#voxlatinamarcboisson